vendredi 9 octobre 2015

Histoire du Musée Jadis Allevard, par Maurice Collin, Président fondateur.

discours de Maurice Collin, un des fondateurs du Musée d'Allevard, lors du 40ème anniversaire du Musée d'Allevard.






les fondateurs: de droite à gauche: Lucienne Escoffon, Maurice Collin, Joseph Laforge, Georges Salamand, Bruno Guillaud
Histoire du Musée Jadis Allevard

Créer un musée est une longue marche hasardeuse qui nécessite de la volonté, de la motivation, de la passion et beaucoup de ténacité.

l'ancienne église St Marcel d'Allevard
L’église Saint Marcel était bâtie au centre de l’actuelle place de la Résistance. Elle a été détruite en 1866. Les matériaux de l’église ont été vendus par la municipalité sur la base de trois mille francs . Les portes du 13ème siècle ont été achetées par la famille Davallet-Collin ( La Source située à la Ratz ) qui les a utilisées comme portes d’une grange , ce qui a permis leur conservation .

les portes de l'église St Marcel du XIII ème siècle exposées dans le musée d'Allevard
En 1927, l’abbé Calès, peintre et curé de Tencin, par l’intermédiaire de son ami l’abbé Pierre Collin, alors curé de Theys, échange les portes contre un tableau promis, mais jamais donné…



Plus tard, il les donne à Joseph Laforge en échange d’une tapisserie de Jules Flandrin .
détail de l'une des portes

En Mars 1974, j’étais conseiller municipal à Allevard. Au cours d’un conseil municipal, le maire a fait la lecture d’une lettre qu’il venait de recevoir de Monsieur Joseph LAFORGE nous informant qu’il faisait don à la commune des portes de l’ancienne église d’Allevard datant du XIIIème siècle.
Monsieur LAFORGE avait été instituteur à Allevard de 1910 à 1924. Il est resté toute sa vie très attaché au pays d’Allevard.
A Grenoble il a créé la galerie d’art Saint-Louis où il commercialisait les toiles de JONGKING et de l’Abbé CALES.

A la fin du conseil municipal, j’ai demandé à Monsieur CASSERA, maire d’Allevard de me remettre cette lettre et j’ai pris rendez-vous pour rencontrer Monsieur LAFORGE. Ensemble, nous avons réfléchi au devenir de ces portes dans le pays d’Allevard.  Nous avons eu l’idée de créer, autour des portes de l’ancienne église, un musée qui  rassemblerait le patrimoine du pays d’Allevard. Ravi par cette idée, Monsieur LAFORGE s’est proposé de donner des documents (affiches, dessins, lithographies…) de grande valeur.

Avec Joseph LAFORGE, nous sommes allés voir Jo et Lucienne ESCOFFON dans leur maison de Grangeneuve, Allevardins de toujours dont la crédibilité était reconnue par tous. Lucienne a accepté de faire elle-même visiter le musée pendant de nombreuses années et d’en assurer bénévolement le gardiennage et la comptabilité.
Le musée est né d’une longue amitié avec Lucienne, femme de cœur et d’esprit. A tour de rôle, nous avons assuré la présidence de « Jadis Allevard ».
Quand j’étais trop occupé par mon cabinet médical de pédiatrie à Grenoble, elle était là, sur place, assurant la continuité. Assuré de ce fort soutien dans le pays, Joseph LAFORGE était alors convaincu de la nécessité de créer un musée et de l’enrichir par ses donations personnelles.

Il a partagé l’idée de ce projet avec quelques amis grenoblois qui l’ont mis en garde lui disant  que s’il donnait ces documents si précieux à Allevard tout risqué d’être dilapidé.
Monsieur LAFORGE m’ayant fait partager ses craintes, j’ai pris rendez-vous avec Monsieur jean Pierre LAURENT, alors conservateur du Musée Dauphinois.
Pour rassurer Monsieur LAFORGE et assurer la pérennité de ce projet, Monsieur LAURENT m’a proposé d’établir un contrat de collaboration entre le Musée Dauphinois et l’Association JADIS ALLEVARD que je venais de créer. Cette association était composée d’allevardins passionnés : Lucienne ESCOFFON ; Bruno GUILLAUD ; Georges SALAMAND. Elle a su rassembler le patrimoine et la mémoire du pays d’Allevard.
Au cours des années, plusieurs amis allevardins ont apporté leur aide efficace : Lucien ATTARD, André DIDIER, Jo ESCOFFON, Joseph ROSSET, Michel et Christine SEIDENBENDER, Daniel TRABUT, rassemblant de nombreux documents qui ont permis la réalisation de 14 ouvrages.

Au conseil municipal, je savais que la municipalité avait décidé d’acheter le bâtiment que « les Forges d’Allevard » allaient libérer, pour s’installer au Cheylas.
Je suis allé voir Monsieur GIVRY, Directeur des Forges, au premier étage du bâtiment, pour lui demander l’autorisation de faire une exposition au rez-de-chaussée du bâtiment. Il m’a répondu :
« Nous on s’en va, faîtes comme vous le voulez, ce n’est plus mon problème ».
Avec Bruno GUILLAUD, Lucienne ESCOFFON et Georges SALAMAND, nous avons alors travaillé avec acharnement pour réaliser cette première exposition en juin 1975. Nous avons tout fait nous-mêmes bénévolement, passant des soirées entières à coller des photos, faire des cadres…
Pour faire de ces bureaux professionnels vitrés une salle d’exposition, nous avons fait recouvrir ces vitres par des panneaux d’agglomérés recouverts de toile de jute par Monsieur EVEQUE de Saint Pierre d’Allevard.
J’ai présenté cette première facture à Monsieur GIVRY, directeur des Forges, dans ses locaux au Cheylas.
Je lui ai parlé de l’avancement de notre exposition et je lui ai demandé s’il acceptait de régler cette facture. Après un moment de surprise « Vous alors !... » . Il a fait le chèque de règlement.


Dans le grenier du « château » nous avons, avec Bruno GUILLAUD et Georges SALAMAND, fait l’inventaire de la famille de BARRAL, maîtres des forges à Allevard aux 17è et 18è siècles.
Nous avons conservé, pour le Musée, quelques documents intéressants et nous avons déposé l’essentiel de la bibliothèque de BARRAL aux archives départementales de l’Isère sous la responsabilité de Monsieur VITAL CHOMEL, le Conservateur.
Dans un coin du grenier, il y avait comme un tas de charbon. En réalité, nous nous sommes aperçus que ce n’était pas du tout du charbon mais des minerais sur lesquels s’étaient accumulés la poussière des années. Il s’agissait des plus beaux échantillons de minerai recueillis par les mineurs. Ceux-ci les avaient confiés aux ingénieurs des forges d’Allevard qui les avaient entreposés dans le grenier.
Avec mon ami, le Professeur Henry DABROWSKI, responsable universitaire du département de géologie, nous avons identifié chaque échantillon.

 Nous n’oublions pas le dévouement et la qualité du travail de Lucien Attard et des regrettés André Didier et Joseph Rosset-Mazarin pour la réalisation de la belle salle d’art religieux.

L’association Jadis Allevard a été créée le 1er juin 1976 avec comme membres du bureau : Maurice COLLIN Président Fondateur, Georges SALAMAND Vice Président Bruno GUILLAUD Secrétaire, Lucienne ESCOFFON Trésorière avec le soutien et les conseils du Professeur André LARONDE Historien.

En 1980, l’année de sa mort, alors que je disais à Monsieur LAFORGE, âgé de 93 ans : « Vous êtes très généreux de nous donner ces documents de valeur ». Il me répondit : « Vous savez, docteur, on ne garde que ce que l’on donne. »

En effet, il continue à vivre à travers ce musée qui nous aide à mieux aimer notre pays et ainsi à mieux préparer l’avenir.
On dit souvent qu’un pays sans passé est un pays sans avenir.

Comme l’a dit Paul CLAUDEL : « Peut être que nous n’avançons vers l’avenir qu’à reculons et sans le voir, à la manière des rameurs et des cordiers, la figure tournée vers le passé. »

En tant que Président Fondateur, j’ai toujours eu le souci du rayonnement culturel du musée et j’ai organisé tous les étés pendant la saison thermale, pour animer la vie culturelle, des cycles de conférences par des universitaires sur la vie d’autrefois du pays d’Allevard.

Aujourd’hui, je me réjouis de la reconnaissance nationale du musée par le label « musée de France » ; et je souhaite qu’il puisse être installé dans les locaux rénovés de l’ancien Casino situé dans le parc thermal, afin de donner toutes satisfactions aux visiteurs.


                                           Maurice Collin

de gauche à droite: deux des membres fondateurs: Georges Salamand et Maurice Collin
Dominique Voisenon, Président de l'AMPA




L'Association "Jadis Allevard" a cédé l'ensemble de ses collections à la commune d'Allevard, il y a onze ans, en mai 2004.

Aussitôt, un appel à candidature a été ouvert pour nommer un Conservateur de Musée.
La candidature de Madame Fabienne Pluchard a été retenue. 
De 2006 à 2015, elle a dirigé le musée avec une grande compétence professionnelle.

Au printemps dernier, elle a été nommée Conservatrice au Musée Dauphinois, à la grande satisfation de Monsieur Jean Guibal, Conservateur en chef du patrimoine et Directeur du Musée Dauphinois.

Depuis, Evelyne Bosch - Camilléri assure avec sérieux et compétence la direction du Musée. 


Après l'obtention du label "Musée de France" en janvier 2006, nous avons créé "l'Association des Amis du Musée du Pays d'Allevard".
Cette associaition a pour objet de contribuer au développement et au rayonnement du "Musée du Pays d'Allevard".

J'en ai transmis la présidence en 2012 à Dominique Voisenon. Nous avons eu beaucoup de chance de trouver Dominique Voisenon bien secondé par son épouse Yvette.
Nous admirons sa compétence, sa passion de bien faire, ses connaissances et son dévouement.

Ce musée nous aide à mieux connaitre, donc à mieux aimer notre pays d'Allevard et à mieux préparer l'avenir.

On dit souvent qu'un pays sans passé est un pays sans avenir.

Comme le dit Isabelle Lazier, Conservatrice du Musée de l'Evêché à Grenoble, cette commémoration des 40 ans rappelle la place essentielle qu'occupe le musée dans la vue du pays d'Allevard.

Maurice Collin.

Evelyne Bosch-Camilléri
Dominique Voisenon
Fabienne Pluchard






1 commentaire:

  1. Merci pour ces témoignages de la mémoire et merci à tous les bénévoles (et employées du musée). Christiane

    RépondreSupprimer

Jean Olivier VIOUT et le procès Barbie de mai à juillet 1987

Le 11 mai 1987 s’ouvrait à Lyon le premier procès tenu en France pour crime contre l’humanité. Pierre Truche et Jean Olivier Viout ...